Motiver par l'essentiel

Quelques Questions pour commencer
300x200
Motiver par l'essentiel

Quelques Questions pour commencer :

  • C’est quoi être motivé ? qu'’est-ce que la motivation ? Par quoi êtes-vous motivé ?
  • Et qu'’est-ce que l’essentiel ?Êtes-vous motivé par l’essentiel ?Serez-vous motivé par l’essentiel cette année 2013 ?

 Quelques définitions :

  1. La motivation ?

Le dictionnaire Larousse dit que: C’est ce qui explique, justifie une action quelconque ; Ce sont ce sont les raisons, les intérêts, les éléments qui poussent quelqu'un dans son action ; c’est ce qui pousse quelqu'un à agir : Exemple : Si quelqu’un n’a pas de motivations suffisantes pour vous écouter. C’est que ce que vous dites n’a pas d’intérêt pour lui.

Alors qu'’est-ce qui a de l’intérêt vous vous ? Quelles sont tes motivations ?

La plus part du temps, ce sont nos besoins ? Quels sont nos besoins ?

  • À la base de la pyramide on retrouve les besoins de maintien de vie (la respiration, l’alimentation, l’élimination (il y en a qui veulent, mais ils n’y arrivent pas : constipation chronique), le maintien de la température (certains aussi n’y arrivent pas, repos et sommeil…). Ces besoins sont fondamentaux n’est-ce pas ?
  • Mais au-dessus de ces besoins, nous avons les besoins psychologiques : de sécurité, de propreté et de maîtrise (pouvoir sur l’extérieur).
  • Puis, nous avons les besoins sociaux : d’affectivité (le fait de se sentir aimé, d’estime de la part des autres et le besoin d’appartenance.
  • Nous avons aussi le besoin d’estime de soi même (nous avons tous le sentiment d’être utile, d’avoir de la valeur)
  • Et au dessus de tout cela, nous avons des besoins spirituels : le pardon et le salut de notre âme, connaître notre raison d’être, de développer des valeurs et avoir une vie intérieure riche) et devenir ce pourquoi nous avons été créés.

La Motivation est la clef de toute réussite. Elle est source d’inspiration, d’imagination, de conception et de réalisation, la motivation est indispensable pour avoir, dans chaque domaine de votre vie, une longueur d’avance sur les autres. La motivation est une force, une énergie interne qui détermine tous les aspects de votre comportement. Elle a un impact permanent sur votre façon de penser, d’agir avec votre environnement.

Questions :

  • Aujourd’hui, pensez-vous être au maximum de votre motivation sur le plan personnel ou spirituel ?
  • Ressentez-vous l’envie de changer, de passer à la vitesse supérieure ?
  • Si non, c’est ce que nous allons tenter de t’amener à faire.

L’autre définition

  1. L’essentiel ?

Le dictionnaire Larousse dit que: C’est ce qui est indispensable pour que quelque chose existe. C’est ce qui est d'une grande importance ; principal, capital.

Alors pour toi, quelles sont choses essentielles qui motivent ta vie en ce début d’année ?

Qu'’est-ce qui fera ton bonheur cette année 2013 ? Dieu nous donne réponse à travers la réflexion de quelqu’un qui était motivé par les mêmes choses qui motivent nos vies.

Ps73 :28   « 28  Mais mon bonheur à moi, c’est d’être près de toi. J’ai mis ma confiance en toi, Seigneur, pour proclamer tout ce que tu as fait. » Cet homme, après avoir été motivé par les choses secondaires et envié tous ceux qui les possèdent, a fini par être motivé par ce qui est essentiel. C'est-à-dire Dieu lui-même (v1-3, v16-17).

Qui est Dieu ?

Dieu. Rien ni personne n’est supérieur à lui. Il a toute autorité. Il est au-dessus de tout.

Le mot “Dieu” appartient de droit à un seul être, bien que l’homme ait fait l’erreur d’essayer d’adorer des idées humaines ainsi que des images de pierre, de bois ou d’argile. Un seul être est Dieu ; lui seul est l’objet de toute véritable adoration. Toute louange offerte à un autre dieu — imaginaire ou réel — n’est qu’une contrefaçon.

Si l’on voulait expliquer à l’aide de quelques mots l’honneur dû à Dieu, on ne pourrait trouver explication meilleure ou plus simple que celle de Paul à Timothée :

1 Timothée 1.17 : “Au roi des siècles, immortel, invisible, seul Dieu, soient honneur et gloire, aux siècles des siècles ! Amen !”. La vérité à propos de Dieu est résumée dans une déclaration que les Israélites récitaient continuellement : Deutéronome 6.4-5 :“Ecoute, Israël ! l’Eternel, notre Dieu, est le seul Eternel. Tu aimeras l’Eternel, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force”. Tenant compte de qui est Dieu, Jésus déclare que chacun devrait prendre cette résolution : “Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul” (Matthieu 4.10b).

D’un bout à l’autre de la Bible, il est toujours fait référence à Dieu le Père par l’emploi d’un pronom personnel masculin. Il est le Père, le Créateur, l’Eternel, le Tout-Puissant et le Seigneur Dieu. Il vient toujours à la première place parmi les autres membres de la divinité.

La Bible nous le dépeint comme étant au-dessus de tous en sagesse, en puissance, en amour, en miséricorde et en justice. Puisqu’il a planifié et créé cet univers, il est l’autorité suprême et le dirigeant souverain de toutes puissances et toutes autorités. Il est le Père de ceux qui lui obéissent et qui l’adorent. En lui, toutes les créatures, y compris les êtres humains, ont “la vie, le mouvement, et l’être” (Actes 17.28).

Dieu doit être adoré comme seul vrai Dieu par tout peuple, toute nation et toute tribu. On ne peut l’approcher que par Jésus-Christ. Nous ne pouvons pas venir à lui au travers d’anges, de saints ou d’autres personnes vivantes ou mortes, quelle que soit la qualité de la vie de ces personnes. Le seul vrai médiateur entre Dieu et l’homme est son Fils, Jésus (1 Timothée 2.5), qui dit : “Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi” (Jean 14.6).

La deuxième personne de la Trinité est le Seigneur Jésus-Christ. Par lui, Dieu le Père créa la terre et l’homme (Colossiens 1.16). Par rapport à l’homme, Jésus est appelé : “le Fils de l’homme” ; par rapport à Dieu il est “le Fils de Dieu”. Il est le seul membre de la divinité à prendre forme humaine et à vivre physiquement sur la terre. Il est le sauveur et le rédempteur de l’humanité. En tant que tel, il est à adorer par tous. Il a obtenu pour toute la terre le moyen de venir au Père pour l’adorer. C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père (Philippiens 2.9-11).

La troisième personne de la Trinité est le Saint-Esprit. Il a la même nature que Dieu et Christ. Il est toujours mentionné en troisième place lorsque la Bible parle de lui par rapport aux deux autres personnes de la Trinité. Selon le Nouveau Testament, il guide et instruit l’homme. Il nous aide au travers des Ecritures. Il a inspiré la rédaction de l’Ancien Testament et du Nouveau Testament ; ainsi, on parle des Ecritures comme étant “l’épée de l’Esprit” (Ephésiens 6.17), l’outil qu’il utilise pour faire son œuvre. Il habite dans ceux qui sont devenus enfants de Dieu (1 Corinthiens 6.19-20).

Malgré tout ce que nous ignorons au sujet de ces trois entités, nous pouvons être certains qu’elles existent éternellement et qu’elles forment la glorieuse Trinité, ce que la Bible appelle tout simplement la divinité. Elles sont un Dieu éternel, unique dans sa volonté et son plan, il est différent de tout ce qui a été créé.

 Au-delà de la nature de Dieu en trois personnes, que savons-nous d’autre au sujet de Dieu le Père ? Dans son ensemble, la Bible enseigne à son sujet une suprême vérité universelle et essentielle : il est le seul véritable Dieu vivant ; chaque individu doit l’adorer en tant que tel.

On ne peut lire aucune partie de la Bible, de l’Ancien Testament ou du Nouveau Testament, sans y trouver cette vérité enseignée avec force.

 1)  IL EST AVANT TOUTE CHOSE

Psaume 90:2 «Avant que les montagnes fussent nées, et que Tu eusses créé la terre et le monde, d'éternité en éternité Tu es Dieu»

Qui est Celui-ci qui est avant que la vie ne soit apparue? Qui pensait avant que l'intelligence ne soit née? Et qui concevait des choses avant que le cœur ne soit rempli de volonté? C'est Yahvé, le Dieu d'éternité.

Il existe par Lui-même. Il n'a ni père, ni mère, ni commencement de jours, ni fin de vie. Il ne pouvait pas ne pas exister, car Il est Dieu. Il était impossible qu'un autre que Lui soit Dieu, car nul autre que Lui n'en était digne. Voici ce qu'Il dit de Lui-même: «Avant Moi il n'a point été formé de Dieu, et après Moi il n'y en aura point. C'est Moi, Moi qui suis l'Eternel, et hors Moi il n'y a point de sauveur» (Es 43:10b-11). Et encore: «Je suis le premier et Je suis le dernier, et hors Moi il n'y a point de Dieu» (Es 44:6b).

De toute éternité, Il est conscient de Sa nature divine et des possibilités illimitées qui en découlent. Interroge-Le sur Son âge, et Il te répondra: «Je n'ai pas d'âge car J'échappe à toute mesure.» Il n'y a pas eu un avant Lui, et il n'y aura pas un après Lui. Tu peux remonter le temps autant que tu veux, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de nombre pour compter, tu te retrouveras toujours devant Lui. Il était Dieu bien avant que le jour ne soit.

Quand il est dit de Dieu qu'Il est parfait, cela implique qu'il n'y a rien, absolument rien en Lui qui soit susceptible d'être amélioré. Il n'existe pas de condition meilleure que Sa position. Il n'a ni faiblesse ni lacune. Tout en Lui est parfait. Il est l'infiniment et l'éternellement Parfait.

On ne peut Le surestimer, autrement Il ne serait pas Dieu. Sa grandeur transcende les limites de l'entendement. Il est toujours le même, Il ne change pas. Il ne produit pas d'ombre par des variations de position. Il est le commencement, sans avoir de commencement, et la fin, sans avoir de fin.

Il n'est doit rien à qui que ce soit, car nul ne Lui a donné le premier pour qu'il ait à recevoir en retour. C'est Lui qui donne la vie, le mouvement et l'être à toutes les créatures (Ac 17:28). Il fait toutes choses d'après le conseil de Sa volonté, laquelle est infiniment souveraine. Rien ne peut aller contre Sa volonté. Quand Il veut quelque chose, Il le fait par Sa main puissante et l'affermit par Son bras glorieux. Sa Parole ne retourne jamais à Lui sans effet. Il est le Dieu qui réalise toujours Ses desseins (Es 46:10-11; 55:10-11).

Il est le Très-Haut, Il S'élève souverainement au-dessus de toutes choses. Rien ni personne ne peut Le manipuler ou Lui forcer la main. Toutes choses Lui sont assujetties, l'éternité même Lui est soumise. Dira-t-on: «L'éternité existe, donc Dieu existe?» Loin de là! On dira plutôt: «Dieu existe, donc l'éternité existe.» Dieu ne doit rien à l'éternité, mais l'éternité Lui doit tout. L'éternité Lui dit: «Je Te loue, Maître suprême, car c'est par Toi et pour Toi que j'existe.» Le temps et l'éternité célèbrent Sa gloire, et Sa louange retentit au-delà des frontières de l'univers.

2)  IL EST GRAND

EXODE18 :11a « Je reconnais maintenant que l’Eternel est plus grand que tous les dieux »

Crois-tu, ô homme, connaître la grandeur de Dieu? Tu L'appelles «Tout-Puissant», et tu fais bien car Il l'est. Mais qu'entends-tu donc par là? Tu me diras: «Je crois qu'Il peut tout, que rien ne Lui est impossible.» En es-tu sûr? Crois-tu savoir ce que «Tout-Puissant» veut dire? Je t'interrogerai, et tu m'instruiras sur la grandeur de Dieu.

Si Dieu ordonnait à un chameau de passer par le trou d'une aiguille, crois-tu que cela se ferait? Et s'Il ordonnait au mont Everest de passer par le trou d'une aiguille? Et s'Il ordonnait à la terre entière de passer par le trou d'une aiguille? Et s'Il ordonnait à notre système solaire de passer par le trou d'une aiguille? Et s'Il ordonnait à notre galaxie de passer par le trou d'une aiguille? Et s'Il ordonnait à l'univers tout entier de passer par le trou d'une aiguille?

Je t'ai interrogé, ô homme, pour sonder les profondeurs de ton âme. Crois-tu que Dieu est assez grand pour faire passer l'univers par le trou d'une aiguille? Tu as du mal à imaginer qu'une telle chose soit possible, n'est-ce pas? Tu disais pourtant croire que Dieu peut tout. Le problème, c'est que par «tout», tu n'entends que tout ce que ton entendement peut concevoir. Or Dieu est infiniment plus grand que ton entendement! Si ton intelligence pouvait cerner Sa nature, Sa grandeur et Ses voies, Il ne serait pas Dieu. Je vais te montrer maintenant, avec l'humilité d'un serviteur inutile, le commencement de la grandeur de Dieu.

Si Dieu ordonnait à l'univers tout entier, avec ses milliards de galaxies, de passer par le trou d'une aiguille, cela se ferait en un clin d'œil! La Parole de Dieu est tellement puissante qu'elle réalise tous les désirs divins. Rien n'est trop difficile pour elle. Elle est assez puissante pour faire passer l'univers par le trou d'une aiguille. Penses-tu maintenant connaître la grandeur de Dieu? Sa puissance atteint des sommets dont tu ne soupçonnes même pas l'existence.

Si l'on remplissait l'univers tout entier avec du sable, chaque grain de sable correspondant à la puissance que Dieu déploierait pour faire passer l'univers par le trou d'une aiguille, ce ne serait qu'une infime partie de Sa puissance! Et si l'on prenait autant d'univers qu'il y a des grains de sable dans un univers rempli de sable, chaque grain de sable correspondant à la puissance que Dieu déploierait pour faire passer l'univers par le trou d'une aiguille, ce ne serait toujours qu'une infime partie de Sa puissance!

La puissance de Dieu commence ici et va jusqu'à l'infini. De cette hauteur vertigineuse, tu peux sonder la puissance de Dieu autant que tu veux, jusqu'à ce que tes neurones s'épuisent, tu n'en verras que le commencement. Avec Dieu, il n'y a ni mesure, ni limite, ni fin. Et rien n'est étonnant de Sa part (Jér 32:27 « Voici ! Je suis l’Éternel, le Dieu de toute chair. Y a–t–il rien qui soit étonnant de ma part ? »). Dieu est tellement grand qu'Il couvre l'éternité avec la paume de Sa main! Après des trillions (Un million de billions, soit 1018.) d'années passées en Sa présence, nous ne cesserons de nous émerveiller devant Lui, car Sa gloire et Ses perfections sont sans limite.

C'est pour cela qu'Il est infiniment digne de louange. L'Ecriture ne dit-elle pas que Son nom glorieux est au-dessus de toute bénédiction et de toute louange (Né 9:5b « Levez–vous, bénissez l’Éternel, votre Dieu, d’éternité en éternité ! Que l’on bénisse ton nom glorieux, qui est au–delà de toute bénédiction et de toute louange ! » )? On ne pourra jamais Le louer assez. La louange même de l'armée des cieux n'arrive pas à la cheville de Son nom! Dieu est toujours au-dessus de la louange qu'on Lui apporte, quelle qu'elle soit. L'éternité suffit à peine pour Lui rendre la gloire qui Lui est due. Comme le dit l'Ecriture: «Dieu est grand, mais Sa grandeur nous échappe» (Job 36:26a « Dieu est grand, mais nous ne savons pas le reconnaître ; Le nombre de ses années est insondable.»).

 3)  IL EST ETERNEL

 Psaume 90.2.

« Avant que les montagnes fussent nées, Et que tu eusses créé la terre et le monde, D’éternité en éternité tu es Dieu. »

Psaume 102.28

« Mais toi, tu restes le même, Et tes années ne finiront point. »

Dieu est sans commencement et sans fin. Il existait avant le temps, ayant créé le temps à un moment précis de l’éternité. Il est celui qui existe perpétuellement, pour qui le passé, le présent et l’avenir ne sont qu’un moment. Il vit dans le présent éternel, voyant le passé et l’avenir aussi clairement qu’il ne voit le présent.

 L'esprit humain n'est pas à même de concevoir l'éternité. Nous qui ne savons même pas de quoi le lendemain sera fait, comment pourrions-nous comprendre qu'un être n'ait ni commencement de jours ni fin de vie? C'est quelque chose qui demeure inaccessible à la raison. Il ne pouvait en être autrement. Comment l'homme, qui de par sa naissance est prisonnier du carcan temporel, pourrait-il en effet imaginer une dimension où la notion de temps n'existe pas? Cependant, quoi qu'en pensent les sceptiques, la Bible dit vrai quand elle affirme que Dieu vit de toute éternité. Le nombre de Ses années est impénétrable (Job 36:26b).

Mais comment doit-on se représenter l'éternité? Et quel rapport existe-t-il entre le temps et l'éternité? Il faut tout d'abord savoir que, contrairement au temps, l'éternité n'est pas linéaire parce qu'elle n'a ni commencement ni fin. Elle ne se divise donc pas en passé, présent et futur. Lorsque Dieu apparut à Moïse au milieu d'un buisson ardent, Moïse Lui dit: «J'irai donc vers les enfants d'Israël, et je leur dirai: Le Dieu de vos pères m'envoie vers vous. Mais, s'ils me demandent quel est Son nom, que leur répondrai-je?» (Ex 3:13b).

La réponse de Dieu est très révélatrice: «Dieu dit à Moïse: Je suis Celui qui suis. Et Il ajouta: C'est ainsi que tu répondras aux enfants d'Israël: Celui qui S'appelle 'Je suis' m'a envoyé vers vous» (Ex 3:14). Puisque le Dieu d'éternité S'appelle 'Je suis', l'éternité pourrait se définir comme le présent immuable. Dans le monde de Dieu, on vit l'instant présent indéfiniment. Les altérations provoquées par le temps n'y existent pas. Une question demeure: quand est-ce que le temps est apparu? Pour y répondre, nous devons nous reporter au récit de la création:

«Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. La terre était informe et vide: il y avait des ténèbres à la surface de l'abîme, et l'Esprit de Dieu Se mouvait au-dessus des eaux. Dieu dit: Que la lumière soit! Et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne; et Dieu sépara la lumière d'avec les ténèbres. Dieu appela la lumière jour, et Il appela les ténèbres nuit. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le premier jour» (Gn 1:1-5, NEG).

 Il ressort clairement de ce passage que le temps est apparu lorsque Dieu a séparé la lumière d'avec les ténèbres. C'est l'alternance du jour et de la nuit qui fait le temps. La corrélation entre l'émergence du jour et de la nuit et l'apparition du temps est marquée par l'adverbe «ainsi» dans Genèse 1:5b. Cela se vérifie dans ce que Dieu dit le quatrième jour de la création: «Qu'il y ait des luminaires dans l'étendue du ciel, pour séparer le jour d'avec la nuit; que ce soient des signes pour marquer les époques, les jours et les années» (Gn 1:14).

Les luminaires furent créés par Dieu pour pérenniser la séparation du jour et de la nuit, si bien que le mouvement régulier des astres nous fournit notre principale notion de temps. Par conséquent, le temps fit son apparition lorsque Dieu créa l'univers matériel. D'ailleurs, la notion de temps n'existe que dans le monde matériel. Nous pouvons dire, sans nous tromper, que le temps est né lorsque Dieu a dit: «Que la lumière soit!»

Nous savons déjà que l'éternité n'a ni commencement ni fin. Qu'en est-il du temps? Puisque le temps a eu un commencement, il devrait en toute logique avoir une fin. C'est aussi ce qu'a prédit l'apôtre Jean: «Puis je vis un grand trône blanc, et Celui qui était assis dessus. La terre et le ciel s'enfuirent devant Sa face, et il ne fut plus trouvé de place pour eux» (Ap 20:11).

Le temps cessera d'exister le jour où cette prophétie se réalisera, car la disparition du ciel et de la terre entraînera aussi la disparition des astres, lesquels régulent le temps. A propos de ce qui sera après la disparition du ciel et de la terre, l'apôtre Jean écrivit:

«Puis je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre; car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et la mer n'était plus. Et je vis descendre du ciel, d'auprès de Dieu, la ville sainte, la Nouvelle Jérusalem, préparée comme une épouse qui s'est parée pour son époux [...] La ville n'a besoin ni du soleil ni de la lune pour l'éclairer; car la gloire de Dieu l'éclaire, et l'Agneau est son flambeau» (Ap 21:1­2,23).

Dans notre monde, qui est régi par le temps, ce sont les astres (représentés ici par le soleil et la lune) qui rythment la vie. Dans le monde de Dieu, qui est régi par l'éternité, c'est la gloire de Dieu qui éclaire toutes choses. Or les astres sont sujets à des variations, d'où le caractère fugace et changeant de tout ce qui existe dans notre monde. La gloire de Dieu, par contre, est immuable. C'est la raison pour laquelle tout ce qui existe dans le monde de Dieu échappe aux variations et aux altérations dues au temps. Il faut toutefois préciser qu'avant la chute tragique de l'homme, le temps n'avait pas sur les êtres vivants les effets dévastateurs qu'on lui connaît aujourd'hui. C'est le péché qui a tout gâché.

Adam et Eve vivaient bel et bien dans un monde régi par le temps. Mais puisqu'ils étaient en harmonie avec le Dieu d'éternité, ils jouissaient de toutes les bénédictions découlant de Sa sainte présence (immortalité, parfaite santé, jeunesse éternelle, bonheur immuable), tout en vivant dans le temps. Agissant comme un bouclier, la gloire de Dieu qui reposait sur eux empêchait le temps d'avoir de l'emprise sur eux. Le péché a ôté ce bouclier (cf. Rm 3:23). Le temps s'est alors refermé sur eux comme un piège, avec les conséquences désastreuses que l'on sait.

De cette vérité découlent d’autres vérités au sujet de Dieu que nous devons comprendre.

·         Toute réalité trouve sa source en Dieu.

Tout ce qui existe peut être divisé en deux catégories : ce qui est Dieu et ce qui ne l’est pas. Dieu est la réalité première et principale. Toute autre chose fut créée par lui ou sous son autorité ; ainsi aucune autre chose ou personne n’est Dieu.

·         Il connaît tout.

Ne suis-je un Dieu que de près, dit l’Eternel, Et ne suis-je pas aussi un Dieu de loin ?

Quelqu’un se tiendra-t-il dans un lieu caché, Sans que je le voie ? dit l’Eternel.

Ne remplis-je pas, moi, les cieux et la terre ? dit l’Eternel (Jér 23.23-24).

Les yeux de l’Eternel sont en tout lieu, Observant les méchants et les bons (Prov15.3).

Il sait tout immédiatement, parfaitement et complètement. Il n’a pas besoin d’apprendre quoi que ce soit. Il ne requiert ni conseil, ni enseignement, ni information.

Il sait tout ce qu’il y a à savoir.

·         Il est présent en tout lieu.

Où irais-je loin de ton esprit, Et où fuirais-je loin de ta face ?

Si je monte aux cieux, tu y es ; Si je me couche au séjour des morts, t’y voilà.

Si je prends les ailes de l’aurore, Et que j’aille habiter à l’extrémité de la mer,

Là aussi ta main me conduira, Et ta droite me saisira. Si je dis : Au moins les ténèbres me couvriront, La nuit devient lumière autour de moi ; Même les ténèbres ne sont pas obscures pour toi, La nuit brille comme le jour, Et les ténèbres comme la lumière (Ps139.7-12). [Il n’est] pas loin de chacun de nous, car en lui nous avons la vie, le mouvement, et l’être (Actes 17.27-28). Où que nous puissions aller, Dieu s’y trouve. Nous ne pouvons nous cacher, ni dissimuler quoi que ce soit à ses yeux qui voient tout. Ni la distance, ni les ténèbres ne peuvent nous mettre hors de sa présence.

 

4)  NOTRE BIENFAITEUR

Non seulement Dieu a-t-il créé cet univers, mais il en prend également soin aujourd’hui. Il s’assure que le cosmos ne se désagrège pas, que tout fonctionne comme il l’entend (Colossiens 1.16-17).

La raison et la révélation soutiennent cette vérité. La raison nous dit que Dieu créa cette terre et continue d’en prendre soin. Rien sur cette terre ne peut se soutenir tout seul. Il est évident qu’une main omnipotente maintient le tout. L’homme ne peut même pas subvenir à ses propres besoins : il ne peut fabriquer l’air qu’il respire, ni l’eau qu’il boit ni le soleil qui le réchauffe. Il dépend totalement du bon fonctionnement de la terre.

La révélation de Dieu dans sa Parole témoigne aussi du fait qu’il soutient le monde. Quand les cieux et la terre furent créés, Dieu mit en place des lois naturelles qui permettent au monde de fonctionner en permanence. Dieu dit : Qu’il y ait des luminaires dans l’étendue du ciel, pour séparer le jour d’avec la nuit ; que ce soient des signes pour marquer les époques, les jours et les années (Genèse 1.14).

Dieu dit : Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d’arbre et portant de la semence : ce sera votre nourriture. Et à tout animal de la terre, à tout oiseau du ciel, et à tout ce qui se meut sur la terre, ayant en soi un souffle de vie, je donne toute herbe verte pour nourriture. Et cela fut ainsi (Genèse 1.29-30).

Dieu ne se contente pas de maintenir des lois naturelles ; il soutient l’univers — et toutes ses forces multiples — par sa sollicitude divine.

C’est toi, Eternel, toi seul, qui as fait les cieux, les cieux des cieux et toute leur armée, la terre et tout ce qui est sur elle, les mers et tout ce qu’elles renferment. Tu donnes la vie à toutes ces choses, et l’armée des cieux se prosterne devant toi (Néhémie 9.6).

Plus précisément, il soutient l’homme et l’animal : “Eternel ! tu soutiens les hommes et les bêtes” (Psaume 36.7c). Il nourrit tous les êtres vivants de la terre : Il donne la nourriture au bétail, Aux petits du corbeau quand ils crient (Psaume 147.9).

Il s’occupe des oiseaux du ciel : “Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n’amassent rien dans des greniers ; et votre Père céleste les nourrit.

Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ?” (Matthieu 6.26) ; “Ne vend-on pas deux passereaux pour un sou ? Cependant, il n’en tombe pas un à terre sans la volonté de votre Père” (Matthieu 10.29). Il a autorité sur les nations du monde entier : Il donne de l’accroissement aux nations, et il les anéantit ; Il les étend au loin, et il les ramène dans leurs limites (Job 12.23).

Il protège et bénit le juste : Mais les rebelles sont tous anéantis, La postérité des méchants est retranchée. Le salut des justes vient de l’Eternel, Il est leur protecteur au temps de la détresse (Psaume 37.38-39).

“Et même les cheveux de votre tête sont tous comptés” (Matthieu 10.30). Il donne la vie éternelle à ceux qui viennent à lui et lui obéissent : “Mes brebis entendent ma voix ; je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle ; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main” (Jean 10.27-28).

La plupart des villes du monde offrent un système de transport pour leurs habitants. Les véhicules qui composent ce système doivent être entretenus, bien entendu. Il faut changer l’huile et remplacer les pièces usées ou cassées, sinon les voitures seront abandonnées sur le bord de la route. Tout mécanisme doit être entretenu. Or, la terre est comme une machine géante. Elle a besoin de quelqu’un pour s’en occuper et pourvoir à ses besoins ; la Bible nous dit qu’elle est soutenue par le Dieu des cieux (Hébreux 1.3).

Combien devrions-nous être reconnaissants envers Dieu pour les soins dont il nous entoure ! Personne ne devrait douter que la providence de Dieu est pour le bien de l’homme (Actes 14.17), car il permet au soleil de briller sur les bons et sur les méchants (Matthieu 5.45).

Le témoignage de tous ceux qui le servent est la certitude qu’il ne refuse rien de bon à ceux qui marchent fidèlement avec lui (Psaume 84.12 ; Romains 8.28).

 

5)  NOTRE REDEMPTEUR

Dieu est notre Rédempteur, notre Sauveur. Il nous aime et veut nous sauver de nos péchés. Le seul espoir que nous ayons pour l’éternité réside en lui.

Son amour pour nous est difficile à expliquer. Il est plus grand que n’importe quel amour humain. Bien que tous aient péché et aient choisi ainsi de se séparer de lui, il cherche à les sauver. Il accorde le pardon par Jésus-Christ, en l’envoyant dans le monde pour offrir le sacrifice ultime nécessaire à notre salut.

Dieu, étant complètement pur, ne peut excuser le péché. Nous serions dans l’incapacité de payer le salaire de notre péché sans subir une mort éternelle. Dieu envoya Jésus à la croix pour porter le poids de nos péchés. Quiconque vient à lui, quiconque accepte et obéit à son message de salut, recevra les bénéfices de la mort de Jésus. Ainsi, la Bible décrit Dieu comme étant notre Sauveur (Tite 1.3), tout comme elle décrit Jésus comme notre Sauveur (Tite 2.13). Dieu a prévu notre rédemption avant la fondation du monde (1 Pierre 1.20).

Maintenant, il attend avec amour que les gens entendent son message, se repentent (changent leur état d’esprit et leurs actions) et reçoivent son salut (2 Pierre 3.9).

Imaginez un garçon dont le père le maltraite et qui ne lui parle que pour le reprendre. Chaque fois que le garçon commet une erreur, le père lui donne une tape.

Après avoir vécu une telle relation durant plusieurs années, il ne considère plus son père comme un papa tendre mais comme un juge sévère. Il a peur de lui, il ne l’aime pas, il n’apprécie pas même sa présence. Chaque fois qu’il entend le mot “père”, il pense au fait d’avoir été battu. Ce pauvre garçon aura bien du mal à voir dans le mot “Père” la signification agréable que ce terme est sensé communiquer.

Certaines personnes ont un sentiment comparable au sujet du mot “Dieu”. Tout au long de leur vie, on leur a enseigné à considérer Dieu comme un juge qui n’attend qu’une chose : l’erreur qui lui permettra de les punir en les jetant en enfer. Jésus nous a enseigné à voir Dieu comme notre “Père” et à l’appeler ainsi dans nos prières (Matthieu 6.9). Il a dit que Dieu nous aime d’un amour qui se donne (Jean 3.16). On ne peut imaginer d’amour plus grand que l’amour de Dieu pour nous. Il désire établir une relation avec nous, et demeurera à nos côtés tant que nous nous soumettons à lui (Jean 14.23). Si nous nous éloignons de lui, son amour est prêt à nous recevoir et à nous pardonner quand nous revenons vers lui par la repentance (Luc 15.19-32).

Dieu a fait davantage pour nous qu’aucun être humain ne peut faire. Comment devons-nous répondre à son grand amour ? Nous devrions l’aimer en retour, et exprimer notre amour en obéissant à sa Parole, en l’adorant comme le seul et véritable Dieu. Nous devons marcher devant lui avec révérence et respect.

 

6)  NOTRE JUGE

Bien qu’il soit un Père bienveillant qui nous aime, Dieu va aussi nous juger. Il est celui à qui nous devons rendre compte à la fin des temps.

Il semble tout à fait raisonnable de croire que chacun de nous devra rendre compte à celui qui nous a faits ; en effet, la Bible confirme ce raisonnement (Apocalypse 20.12). Le jugement de Dieu sera individuel : chacun répondra pour son propre compte (Romains 14.12). Son jugement sera précis : il tiendra chacun responsable pour ce qu’il aura dit (Matthieu 12.36-37) et fait (2 Corinthiens 5.10). Son jugement sera universel : toutes les nations seront réunies devant lui (Matthieu 25.32).

Dieu nous jugera à travers Jésus-Christ. La justice lui servant de règle (Actes 17.30-31), son jugement sera éternel, sans appel (Matthieu 25.46).

On raconte l’histoire d’un jeune homme qui perdit connaissance à la suite d’un choc entre deux voitures. Un témoin mit le jeune homme à l’abri juste avant que les voitures explosent, le sauvant ainsi d’une mort atroce. Le jeune homme ouvrit les yeux et son regard tomba sur le visage de l’homme qui lui avait sauvé la vie. Il n’oublierait jamais ce visage. Le jeune homme se remit de l’accident et les années passèrent. Il commença alors à s’attirer de sérieux ennuis. Il commit un crime et fut arrêté. Quand il se présenta devant le juge pour son procès, il fut surpris de retrouver l’homme qui lui avait sauvé la vie de nombreuses années auparavant. Sans hésiter, il s’écria :

“Monsieur le Président, vous souvenez-vous de moi ?

Vous m’avez dégagé d’un véhicule accidenté il y a longtemps, et vous m’avez sauvé la vie.” Le juge répondit solennellement : “Oui, je me souviens. Je voulais le meilleur pour la personne que j’avais sauvée. J’étais heureux d’avoir pu vous secourir afin que vous puissiez poursuivre votre vie. Mais vous devez comprendre une chose : à l’époque, quand je vous ai tiré de la voiture, j’étais votre sauveur ; aujourd’hui, je suis votre juge.”

La Bible nous décrit Dieu comme étant à la fois notre Sauveur et notre Juge. Il a envoyé son Fils pour nous délivrer du péché. Il a accepté l’ultime sacrifice dans le but de nous sauver. Qu’adviendra-t-il si nous ne l’écoutons pas, si nous rejetons son salut ? Dieu devra nous condamner, car il est notre Juge éternel.

Nous avons un devoir principal dans la vie : puisque Dieu est Dieu, nous devons nous humilier devant lui pour obéir à sa volonté. Nous devons l’adorer comme le véritable Dieu vivant. Une telle réponse implique une étude sérieuse de sa Parole. Il désire être notre tendre Sauveur, pas seulement notre Juge éternel.

 

CONCLUSION

A la lumière des faits que nous avons considérés sur Dieu, nous ne pouvons pas rester sans opinion à son sujet. Une décision s’impose, et la seule raisonnable est celle de le reconnaître comme le véritable Dieu vivant et de le servir par la foi et l’obéissance.

Un professeur dit un jour à ses élèves : “Deux chimistes, Karl Scheele de Suède et Joseph Priestley d’Angleterre, découvrirent l’oxygène vers 1775.” Immédiatement, une petite fille leva la main et demanda : “Que respirait-on avant qu’ils ne découvrent l’oxygène ?”

Bien entendu, le professeur dut expliquer que l’oxygène avait toujours existé dans l’atmosphère, mais que nous ne connaissions rien à son sujet et n’avions pas de nom pour lui jusqu’à ce que ces chimistes le découvrent.

Notre monde est fait de deux sortes de réalités : celles que nous voyons avec les yeux ou que nous touchons avec nos mains, et celles que nous ne pouvons ni voir, ni toucher. Les réalités du premier groupe sont évidentes pour nous, car nous travaillons et touchons constamment ces objets. Celles du second groupe sont moins évidentes, nous en sommes moins conscients. Nous savons qu’elles existent mais nous n’y pensons guère. Nous savons peut-être que l’oxygène constitue un cinquième de notre air, mais nous nous contentons de le respirer, sans y penser. Nous sommes plus conscients d’un crayon — une réalité visible que nous pouvons saisir et utiliser pour écrire — que de l’air, une de ces réalités invisibles. Voici où nous voulons en venir : bien que nous ne puissions pas voir certaines réalités, l’important est de savoir qu’elles sont réelles malgré tout, aussi réelles que tout objet que nous voyons ou touchons. La plus grande réalité invisible à nos yeux est Dieu lui-même. Nous ne pouvons pas le toucher avec nos mains physiques, ni le mettre dans une éprouvette pour l’analyser, ni le voir de nos propres yeux ; pourtant, il est la réalité suprême. Il est la base de toute autre réalité, visible ou non.

Un missionnaire parlait du vrai Dieu. Il décrivait le pouvoir de Dieu, son amour et sa sagesse. Un homme âgé l’écoutait attentivement. Après quelques minutes il se leva et dit : “Je savais bien que ce Dieu existait, mais jusqu’à maintenant je ne connaissais pas son nom !” Dieu est notre Créateur, notre Bienfaiteur, notre Rédempteur et notre Juge. Celui qui ne reconnaît pas son existence, qui ne lui obéit pas et qui ne le sert pas, fait la plus grande erreur de toutes. Cette personne rejette son Créateur, refusant d’admettre la grande vérité derrière l’existence de l’homme et l’existence de l’univers. Ne commettez pas cette erreur ! Adorez Dieu comme le véritable Dieu vivant ; inclinez-vous devant lui dans une humble obéissance. Dieu vous aime et vous invite à entrer dans sa famille. Il veut que pendant cette vie vous marchiez quotidiennement en communion avec lui. Il veut que vous viviez avec lui éternellement, dans la ville éternelle qu’on appelle le ciel.